LA CONTREBANDE, UNE COMPAGNIE DE CIRQUE.

Tout commence un vendredi soir dans la campagne limousine ; Simon Cheype, Antoine Cousty et Hugo Moriceau (jongleurs sur gazon) se retrouvent autour d’IDÉES COMMUNES et grandissent ENSEMBLE dans l’univers du spectacle de rue, avec la compagnie les Enfants Terribles.

ILS poursuivent leur route jusqu’à Montpellier (en passant par le viaduc de Millau) au centre des arts du CIRQUE Balthazar, à la rencontre de l’ACROBATIE et de nouveaux acolytes : Jacob Auzanneau, perle du Gers, cascadeur au Pop Circus de Auch et Florian Bessin, jeune étudiant en architecture o’savoyard, avide des sensations. Ensemble, ils découvrent la BASCULE CORÉENNE et le travail en COLLECTIF, ils continuent leur PARCOURS vers la capitale ; à l’école nationale des arts du cirque de Rosny sous Bois (ENACR). Ils tombent sous le charme d’une jeune prodige catalane, étoile de la Rogelio Rivel à Barcelone : Lluna Pi, Fille de Victor Pi.

Le GROUPE est désormais pain complet.

Durant leur formation ils FONDENT la compagnie La Contrebande et CRÉENT plusieurs SPECTACLES: La coche cavale (2012), Oeuf dur et demi molle (2013), Pic nic (2014). En parallèle, ils poursuivent leur FORMATION au centre national des ARTS du cirque de Chalons en Champagne (CNAC) et à l’école supérieure d’art dramatique (ESAD) pour Jacob.
LA CONTREBANDE se penche alors sur un nouveau projet et crée BAL TRAP.

Une forme de 30 minutes qui fait ses débuts au festival Tant qu’il y aura des Mouettes en 2015. Bal Trap a désormais joué dans de nombreux festivals en Europe. La Contrebande se tourne maintenant vers les théâtres avec une nouvelle forme. WILLY WOLF sortira en Novembre 2018 au Cirque Théâtre d’Elbeuf.

 

LA BASCULE, NOTRE PRINCIPAL DISCIPLINE

La bascule est un agrès de cirque constituée d’une planche de frêne et d’un pied en métal. Cette discipline met en scène au moins deux acrobates qui se positionnent de chaque côté de la planche, en prenant leur élan depuis le sol ou d’une plate-forme surélevée. Grâce à un phénomène de contrepoids et d’une certaine agilité cela permet de faire voltiger son partenaire d’en face.

Il existent plusieurs sortes de bascules assorties de techniques différentes:la mini-bascule,la bascule hongroise,la bascule coréenne.

La bascule coréenne nécessite une grande précision car le but de l’acrobate est de réussir à renvoyer son partenaire après une série d’acrobaties. Ainsi, après avoir été projeté à plus de cinq mètres de haut, effectué plusieurs rotations, il doit se réceptionner sur une surface d’environ 40 cm.

Nous sommes six, cela augmente les possibilités de combinaisons de trajectoires et de permutations. Nous utilisons la bascule comme un outil pour créer des paysages de projections. Des corps qui volent dans toutes les directions et repartent là où on s’y attend le moins: un manège de 6 voltigeurs. Nous avons axé notre travail technique sur une recherche de compositions aériennes. Un panorama de corps, un jonglage humain qui surprend l’œil du spectateur.